Aller à…
RSS Feed

22 mai 2018

CORRIGE TD Nourrir une population toujours plus nombreuse


CORRIGE TD Nourrir une population toujours plus nombreuse.

Comment nourrir une humanité dont les besoins alimentaires augmentent ?

A / Nourrir un pays : le défi de l’Indonésie.

Comment l’Indonésie est-elle parvenue à augmenter sa production alimentaire ?

  1. Ces paysages se situent sur l’île de Java, en Indonésie, un pays du sud-est asiatique.
  2. L’Indonésie compte 255 millions d’habitants.
  3. Les principales productions agricoles indonésiennes sont des cultures vivrières (cultures destinées à l’alimentation de la famille), essentiellement de riz, et des cultures commerciales (cultures destinées à la vente) : palmiers à huile, caco, sucre, café et caoutchouc.
  4. L’Indonésie a réussi à augmenter sa production alimentaire grâce à la « révolution verte », c-à-d au recours aux variétés de semences à croissance rapide, à l’utilisation massive de pesticides d’engrais et d’insecticides. La majorité des Indonésiens sont en situation de sécurité alimentaire, mais entre 5 à 25% des habitants sont encore touchés par la faim en 2016.
  5. L’Indonésie est le premier producteur mondial d’huile de palme. La demande en huile de palme est très forte car elle se conserve bien, a un goût neutre, … et à de nombreuses utilisations agro-alimentaires ou industrielles.
  6. Certains paysans sont confrontés à la déforestation et à la confiscation de leurs terres pour y planter des palmiers à huile, mais aussi à la pollution des eaux et des sols par les produits chimiques.
  7. Le développement de la culture du palmier à l’huile entraîne la déforestation et la pollution des eaux et des sols.

 

Je rédige. Une révolution verte a été accomplie par l’Indonésie dans les années 1960. Par cette politique de développement agricole, qui a concerné de nombreux pays en développement d’Asie du Sud-Est mais aussi d’Afrique et d’Amérique latine, le pays visait la sécurité alimentaire de sa population en très forte croissance. Les rendements ont augmenté grâce à la généralisation de techniques agricoles modernes, notamment la sélection des semences ainsi que le développement de l’irrigation et de l’utilisation d’intrants. Les cultures commerciales, comme celles du palmier à huile, se sont également étendues : en donnant des revenus monétaires au pays, elles ont permis son développement économique.

Les conséquences sociales et environnementales des évolutions agricoles sont souvent préoccupantes. Les Indonésiens sont certes mieux nourris, mais l’endettement des agriculteurs pose des problèmes, et les bénéfices de l’agriculture profitent surtout aux grands groupes agro-industriels. De plus, les techniques utilisées sont polluantes et provoquent la déforestation. 

  1. DM L’agriculture durable peut-elle nourrir le monde ?

 

  1. Charles Monville prépare lui-même l’alimentation de ses volailles ; il vend 50 % de ses produits dans un magasin sur sa ferme ; il a installé une cuve de récupération de l’eau de pluie ; il a planté des arbres fruitiers pour recréer la biodiversité et des zones ombres.
Pour l’agriculture biologique Contre l’agriculture biologique
Améliorer l’accès à la nourriture

Prendre soin des sols, de l’eau et de la biodiversité

Incapable de nourrir les 9 milliards d’humains

Ses faibles rendements

 

  1. L’Océanie et l’Europe sont les deux régions du monde qui ont développé les plus grandes surfaces en agriculture biologique.

 

  • Bilan: réalisez un tract publicitaire vantant l’agriculture durable (10 pts). Votre tract doit contenir :
    1. Une présentation des avantages de l’agriculture biologique. (3 pts)
    2. Une explication de ce qu’est un circuit court et son fonctionnement. (3 pts)
    3. Une illustration au moins. (2 pts)
    4. Attention à la présentation de votre travail et à l’orthographe. (2 pts)

 

C / Leçon : les inégalités face à l’alimentation dans le monde.

  • Comparer la situation alimentaire d’un pays développé et d’un pays en développement.

 

Se nourrir en En Allemagne (Europe) Au Mali (Afrique)
Dépenses hebdomadaires pour l’alimentation par famille 375,39 euros 20 euros
Type de régime alimentaire

(Que mange-t-on ?)

Très diversifié, riche en viande (graisse), Peu diversifié, surtout composé en céréales et légumes frais.
Matériel pour cuisiner Matériel moderne (plaque de cuisson, four micro-onde, réfrigérateur…) Très simple (quelques casseroles, un feu de bois)
Part des produits transformés par l’industrie agroalimentaire Très importante (plats cuisinés, gâteaux…) Absente, production familiale.
Problèmes liés à l’alimentation

 

Obésité Malnutrition et sous-nutrition
Sécurité alimentaire

(Doc. 1 p. 184)

Sécurité alimentaire Pays qui lutte contre la faim (baisse de la population souffrant de la faim, / 2)
Quel type d’agriculture est pratiquée

(Doc. 2 p. 185)

Agriculture intensive Agriculture traditionnelle et familiale

 

  • Étude cartographique et statistique : La situation alimentaire à l’échelle mondiale.

 

  1. La faim touche un grand nombre de personnes en Afrique subsaharienne et en Asie du sud et de l’est
  2. L’obésité est évoquée par la carte. Les Etats-Unis, le Mexique, le Brésil, l’Europe de l’ouest, la Turquie et la Chine sont espaces les plus touchés par ce problème.
  3. 8 % de la population adulte est concernée par l’obésité.
  4. Le retard de croissance touche particulièrement les jeunes enfants de – de 5 ans (soit 23% des enfants de cette classe d’âges).
  5. Les femmes en âge de procréer sont aussi victimes de problèmes de nutrition (anémie : déficit en globules rouges lié à des carences alimentaires).
  6. L’Amérique du nord, l’Europe, la Russie, le Japon et l’Océanie sont en état de sécurité alimentaire en 2013.
  7. Les problèmes d’alimentation sont les plus graves en Afrique. 223 millions de personnes y sont concernés par la faim.
  8. La situation alimentaire s’aggrave au Proche-Orient et en Afrique du nord à cause des conflits, de l’instabilité politique.

 

  1. Résumé :

Depuis 1990, la faim recule dans le monde, notamment en Amérique Latine et Caraïbes, en Afrique et en Asie et Pacifique. En Afrique, le pourcentage de personnes souffrant de la faim est passé de 33 à 25 %, en Asie et Pacifique, ce pourcentage est passé de 21 à 12 %. Dans de nombreux pays, la population souffrant de la faim a été divisée par 2, comme au Mexique et au Brésil (Amérique Latine), en Algérie (Afrique) ou en Chine (Asie).

  • Répondre aux besoins de demain.
  1. La planète devrait compter 9 Mds d’habitants en 2050. Les nouveaux habitants à nourrir se situeront surtout en Afrique subsaharienne.
  2. Solutions envisagées pour nourrir la population mondiale en 2050 = « D’abord réduire les pertes et les gaspillages (au – 30 % de la nourriture produite) », « modérer nos régimes alimentaires (une consommation moyenne de 2500 calories par jour est suffisante) », « produire plus notamment par la sélection génétique et les OGM ».
  3. Pour nourrir la population mondiale de façon durable, il faut augmenter les surfaces cultivées tout en améliorant les méthodes de production dans le respect du travail des agriculteurs et de l’environnement.

Ex : Développement des circuits courts, des filières bio ou de l’agriculture raisonnée ; mieux rémunérer les producteurs et accepter le juste prix pour les consommateurs.

Bilan. Aujourd’hui, la population mondiale est globalement mieux nourrie qu’il y a une ou deux générations. La production agricole mondiale est suffisante pour nourrir le monde. Cependant, la sous-alimentation touche encore 800 millions de personnes en raison d’une inégale répartition des ressources, de la pauvreté ou des conflits. Deux milliards de personnes souffrent de malnutrition et 2 milliards d’obésité. Pour augmenter les rendements, les agriculteurs développent l’irrigation, les engrais, les pesticides… et ils défrichent les forêts pour obtenir de nouvelles terres. En 2050, la population mondiale comptera 9 milliards de personnes et il faudra lui assurer une alimentation suffisante. Cela est possible en réduisant le gaspillage alimentaire, en limitant notre apport quotidien à 2500 calories. Certaines entreprises agro-industrielles incitent à l’utilisation des OGM. L’ONU (Organisation des Nations Unies), au contraire, encourage l’agriculture durable et familiale pour préserver le cadre de vie et l’environnement.

 

Print Friendly, PDF & Email