Aller à…
RSS Feed

26 mai 2020

CORRIGE CH Conquêtes et sociétés coloniales


CORRIGE TD Conquêtes et sociétés coloniales (XIXe siècle)

I / La course aux colonies.

A / Se repérer.

  1. À partir de 1870, la colonisation s’accélère.
  2. On constate que les régions colonisées ne sont plus les mêmes. En 1870, l’Afrique, l’Asie du Sud et du Sud-Est ainsi que l’Océanie sont les régions dominées par les puissances coloniales européennes alors qu’en 1815 l’Amérique était le continent colonisé par les Européens. Cette évolution s’explique par l’indépendance des pays d’Amérique latine.
  3. Les Européens arrivent d’abord pour apporter la civilisation et faire du commerce mais ils imposent leur domination par la guerre grâce à leurs armées disposant d’un équipement supérieur à celui des peuples conquis.
  4. Les populations locales s’opposent à la domination étrangère par l’organisation d’une résistance armée.

Afrique

Asie

Océanie

Royaume Uni

France

Allemagne

Italie

Portugal

Belgique

Royaume Uni

France

Pays Bas

Royaume Uni

France

 

  1. Le Royaume Uni et la France sont les deux principales puissances coloniales en 1914.
  2. L’ambassadeur d’Allemagne prononce ce discours en 1912, à Paris, dans lequel il réclame des colonies en Afrique et indiquant que l’Allemagne est prête à faire la guerre pour les obtenir.

 

  1. Vocabulaire :
    • Colonisation : conquête et domination d’un territoire par un État.
    • Empire colonial: ensemble de territoires dominés par un État qui les a conquis.

 

1.     Jules Ferry justifie la colonisation

2.     Une description de la société coloniale

 

« Les trois races1 ont des vertus que l’Europe ne connaît pas, et des civilisations plus avancées que nos civilisations occidentales. […] (Or) ceux qui défrichent en Indochine n’ont pas su labourer en France ; ceux qui trafiquent ont fait banqueroute, ceux qui commandent aux mandarins lettrés sont fruits secs de collège ; et ceux qui jugent et qui condamnent,  ont été quelquefois jugés et condamnés. Après cela, il ne faut pas s’étonner qu’en ce pays l’Occidental soit moralement inférieur à l’Asiatique […].

Claude Farrere, Les Civilisés, Paris, P. Ollendorff, 1906.

 

1 Chinoise, japonaise et annamite (vietnamienne).

·         « La colonisation offre un asile et du travail au surcroît de population […]. Colonies de peuplement

·         Les colonies sont, pour les pays riches, un placement en capitaux des plus avantageux […].  Placement financier

·         Pour des pays voués par la nature de leur industrie à une grande exportation, […] la fondation d’une colonie, c’est la création d’un débouché […].  Débouché économique

·         Il y a un second point […]. C’est le côté humanitaire et civilisateur. Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures […] ». Mission civilisatrice

 

D’après le discours de Jules Ferry à la Chambre des députés en 1888.

B / Les motivations de la conquête.

 

  1. L’Asie et l’Afrique sont les continents colonisés au cours du 19e siècle. Les pays du continent américain sont presque tous devenus indépendants à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe siècle.
  2. Pour Jules Ferry, le devoir des Européens est de civiliser les races inférieures.
  3. « Les trois races1 ont des vertus que l’Europe ne connaît pas, et des civilisations plus avancées que nos civilisations occidentales. » est le passage montrant que l’auteur admire les sociétés asiatiques.
  4. L’auteur décrit les colons qui s’installent en Indochine comme des incapables, incultes et sans morale.
  5. La mission civilisatrice est l’argument de Jules ferry qui est contredit par le texte.

 

II / la conquête coloniale : exemple l’Algérie. CT Raisonner ; extraire des informations de documents ; rédiger pour construire sa pensée et son savoir.

Le 14 juin 1830, l’armée française débarque en Algérie sur ordre du roi Charles X. L’Algérie est alors une province de l’Empire ottoman. La prise d’Alger par les Français marque le début de la colonisation de l’Algérie. La conquête dure jusqu’en 1871, date à laquelle l’armée française met fin à la résistance algérienne.

A / La conquête de l’Algérie.

  1. La conquête de l’Algérie se déroule entre 1830 et 1871. En 1830, les troupes françaises débarquent à Alger. Elles conquièrent d’abord les villes du pays entre 1830 et 1835. Elles affrontent la résistance d’Abd el-Kader, dont la smala est prise en 1843. Puis les Français se rendent maitres du nord du territoire en 1847. À cette date, l’Algérie devient une colonie française et des départements français sont créés en 1848. La conquête du sud du pays se poursuit jusqu’en 1870.
  2. Le général Bugeaud mène les troupes françaises en Algérie. Face à lui, l’émir Abd el-Kader mène la résistance algérienne. Il réussit à fédérer de nombreuses régions du centre de l’Algérie (voir doc.1) dans la lutte contre le colonisateur. D’après le général Bugeaud, l’objectif de la conquête est de faire de l’Algérie une colonie française : il s’agit de coloniser les terres, de mettre en valeur le territoire par l’agriculture, d’en exploiter les ressources et d’apporter aux Algériens la culture et les mœurs françaises.
  3. Cette colonisation en profondeur ne peut avoir lieu qu’après le rétablissement de la paix et de la sécurité sur le territoire algérien : pour cela, il faut selon lui que les Arabes soient « soumis » par la force ; si ceux-ci s’opposent lors de la résistance, le général prescrit l’utilisation de la force, de la violence et des armes. Il préconise même des destructions économiques de grande envergure et des attaques sur la population civile (l’incendie des villages, la destruction des récoltes).
  4. La conquête de l’Algérie est très brutale : l’auteur évoque « 200 villages incendiés », des « jardins saccagés », des « oliviers coupés ». C’est la tactique de la terre brulée qui est utilisée par les Français. Les Kabyles se sont fait massacrer à la baïonnette dans un ravin. L’auteur parle de « déroute » et de « massacre ».

 

L’Algérie était une province de l’Empire ottoman lorsque les troupes françaises débarquent, sur l’ordre du roi Charles X en 1830. Les troupes françaises s’emparent d’Alger et conquièrent le nord du pays jusqu’en 1847. Ils doivent affronter une résistance algérienne menée par l’émir Abd el-Kader. Le peintre Horace Vernet a immortalisé la prise de sa smala en 1843 par les troupes du duc d’Aumale, fils du roi Louis-Philippe. Ce n’est cependant que 4 ans plus tard, en 1847 qu’Abd el-Kader se rend. À cette date, l’Algérie devient une colonie française. Un an plus tard, des départements français sont créés. La conquête se poursuit dans le sud du pays. Le général Bugeaud parle de « pacification » pour désigner ce qui est en fait une conquête extrêmement brutale : les Français utilisent la tactique de la terre brulée et les troupes algériennes se font massacrer. En 1871, l’armée française met fin à la résistance algérienne. C’est le début de la colonisation du pays.

 

B / La société coloniale et Algérie française

La colonisation française en Algérie transforme profondément la société algérienne.

D’abord, les colons s’installent dans les villes algériennes et y logent leurs institutions : postes, gares, amirauté, préfecture, tribunaux, casernes, etc. Le pays est dirigé par un gouverneur, installé dans son palais à Alger. De nouveaux lieux culturels sont bâtis sur le modèle européen (théâtres, casinos, lycées, etc.), tandis que l’on construit des cathédrales aux côtés des anciennes mosquées et des madrasas (écoles musulmanes).

Ensuite, les Français prétendent apporter la civilisation aux Algériens : ils construisent des écoles où l’on enseigne le patriotisme. Ils construisent des routes et des voies ferrées pour acheminer les produits cultivés par les colons (blé, vin), ainsi que quelques hôpitaux.

Mais les Algériens sont considérés comme des « indigènes musulmans », c’est à dire une sous-catégorie de Français. Leurs terres les plus fertiles sont confisquées par les Français et ils ont un statut discriminatoire dans la société.

 

Vocabulaire.

  • Code de l’indigénat: ensemble de textes adoptés en 1881 en Algérie. Il maintient les populations colonisées dans un statut juridique inférieur. Il les prive de droits politiques et les soumet à une justice particulière.
  • Colonisation : conquête et domination d’un territoire par un autre.
  • Colonie de peuplement: territoire colonial dans lequel s’installe un grand nombre d’habitants venus de métropole.
  • Indigène : individu originaire du pays où il vit. Le terme désigne en particulier les peuples colonisés, par opposition aux colons.
  • Métropole : puissance qui a fondé la colonie et la domine.
  • « Pacification »: terme employé par l’armée française pour évoquer une conquête brutale.

 

III / L’abolition de l’esclavage.

 

  1. Les hommes de couleurs sont à l’origine de cette pétition.
  2. « Nulle part les Noirs ne sont admis dans la société des blancs ; on les traite comme de véritables animaux domestiques ; les esclaves trainés sur les marchés ou dans les ventes comme nous y conduisons les bœufs » sont des expressions montrant l’indignation de Victor Schoelcher face à l’esclavage.
  3. En 1794, la France abolit l’esclavage avant de le rétablir en 1802 et l’abolit définitivement en 1848. Le Royaume Uni abolit l’esclavage en 1833.
  4. Le tableau de François Biard met en avant la générosité de la République et donne une image harmonieuse de la société coloniale, gommant tensions et ressentiments. Au premier abord, le tableau illustre la devise républicaine, notamment la liberté, symbolisée par les deux esclaves qui brandissent leurs chaînes brisées. Mais, à y regarder de plus près, ce tableau révèle les inégalités qui subsistent. À gauche, entourant le drapeau tricolore, des représentants de l’autorité métropolitaine : le commissaire de la République chargé de la proclamation et des marins du navire qui l’a conduit dans la colonie. À droite, la société coloniale où se mêlent anciens esclaves noirs et colons blancs. Les attitudes et les vêtements révèlent une inégalité flagrante. Les Noirs, à moitié nus, s’agenouillent devant l’autorité et leurs anciens maîtres ; par leurs gestes outrés, ils s’opposent aux Blancs, plus dignes et plus réservés, qui accueillent avec bienveillance et distinction la reconnaissance des anciens esclaves. Ce tableau, pourtant porteur des meilleurs sentiments, fait ainsi des Noirs des êtres inférieurs aux Blancs.

 

Bilan conquêtes et sociétés coloniales au 19e siècle. Au XIXe siècle, les Européens prennent possession de territoires en Afrique et en Asie et créent des colonies pour des raisons économiques et politiques. Elles sont une source d’approvisionnement en matières premières et offrent des débouchés commerciaux. Elles permettent aussi d’augmenter la puissance des pays européens en contrôlant de nouveaux territoires. Les Européens se considèrent investis d’une mission civilisatrice : ils pensent apporter le progrès à des populations qu’ils jugent inférieures. Les conquêtes se font surtout par la guerre et s’accélèrent à partir de 1870-1880.

Les représentants de la métropole contrôlent et gouvernent les colonies. Une partie de l’élite locale peut participer en intégrant les forces de l’ordre ou l’administration. Les Européens s’approprient les terres riches et les ressources minières. Pour faciliter l’exploitation, ils construisent des chemins de fer, des routes et des ports. Les travailleurs sont les indigènes soumis au travail forcé. Les Européens diffusent leur langue et leur culture par le biais de l’école. Ils créent des hôpitaux. Les missionnaires convertissent les populations au christianisme.

Sous l’impulsion du Royaume-Uni (1833 ; France 1848), l’abolition de la traite et de l’esclavage se généralise dans le monde. Le régime de l’indigénat maintient cependant les populations indigènes en situation d’infériorité permanente. Elles demeurent privées de la majeure partie de leur liberté et de leurs droits politiques. La domination coloniale entraine des résistances et des révoltes, mais elles sont réprimées par la force. 

 

CORRIGE DM Le massacre des Hereros

  1. Présentation des documents :
    1. Le document 1 est un dessin de presse (caricature) paru dans le journal allemand Der Wahre Jacob, en janvier 1905.
    2. Le document 2a est une proclamation du général allemand Von Trotha au peuple Herero le 2 octobre 1904.
    3. Le document 2b est un article publié dans le journal français La Quinzaine coloniale, le 25 mars 1908.
  2. Le massacre des Hereros se déroule dans la colonie allemande du Sud-Ouest africain (aujourd’hui la Nambie). Entre 1904 et 1906, les colonisateurs allemands décident de chasser et d’exterminer la population herero de ses terres.
  3. Le dessin de presse montre un Herero qui se débat, qui ne se laisse pas faire malgré la menace des soldats allemands.
  4. Le général allemand von Trotha édicte deux décisions : faire fuir les Hereros de la colonie allemande ou les tuer. Les civils sont concernés par cette mesure : « Je n’accepte aucune femme ou enfant. Ils doivent partir ou mourir ».
  5. La conséquence de ces mesures est la quasi disparition du peuple herero sur son propre territoire : près de 80 % a disparu, contraint à l’émigration ou à l’extermination.
  6. La caricature, publiée dans un journal allemand montre un soldat allemand en train de tirer un Herero par les cheveux pour l’emmener en dehors de la colonie tandis qu’un autre soldat s’apprête à le tuer d’un coup de baïonnette. Cette scène se déroule sous le regard bienveillant d’un homme de religion européen. Ce dessin dénonce le massacre des Hereros en mettant en valeur la brutalité de soldats numériquement plus nombreux et armés face à un homme seul et sans armes et en soulignant l’inaction des représentants religieux.
  7. Un génocide est l’extermination programmée et systématique d’un peuple. Au cours du XXe siècle, plusieurs génocides ont été organisés : le génocide des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale, le génocide des Juifs et des Tziganes pendant la Seconde Guerre mondiale, le génocide cambodgien (1975-1979), le génocide rwandais (1994)

 

 

Print Friendly, PDF & Email