Aller à…
RSS Feed

21 septembre 2020

CORRIGE CH Bourgeoisie, commerce, traite et esclavage au XVIIIe siècle


CORRIGE Bourgeoisie, commerce, traite et esclavage au XVIIIe siècle.

 

Comment le commerce, la traite et l’esclavage enrichissent-ils l’Europe au 18e siècle ?

 

  • Un empire colonial : ensemble des colonies administrées par une puissance.
  • Une puissance est un État capable d’exercer une influence sur d’autres États dans les domaines militaire, politique, économique et culturel.
  • Colonie : territoire conquis, administré et exploité par un pays étranger.
  • Comptoir : port stratégique sur une côte, à l’extrémité d’une route commerciale, qui permet d’effectuer des échanges avec un pays et d’abriter les navires.
  • Compagnie de commerce: société constituée de marchands qui obtient de l’Etat le monopole du commerce dans une région donnée.

 

 

A / Les puissances coloniales.

 

 

  1. Les puissances coloniales sont : la France ; le Royaume-Uni ; l’Espagne ; le Portugal : les Provinces-Unies
  2. Tableau :

 

Puissances

Coloniales

France

Royaume-Uni

Espagne

Portugal

Provinces-Unies

Possessions coloniales en Amérique

 

 

Le Québec, la Louisiane, St-Domingue, la Guadeloupe, Martinique, Guyane,

 

La Jamaïque, la côte est de l’Amérique du Nord (les Treize Colonies), les rives de la Baie d’Hudson, la Gyuane e.

L’Amérique Centrale (Nouvelle Espagne), la partie ouest de l’Amérique du Sud (Nouvelle Grenade), Cuba.

 

Le Brésil, l

Les indes néerlandaises et une partie de la

Guyane.

 

 

 

  1. Les comptoirs français en Inde sont : Pondichéry, Chandernagor, Mahé ; les comptoirs britanniques sont : Madras, Calcutta et Bombay.
  2. L’intérieur de l’Afrique, l’ouest et le Nord de l’Amérique du Nord, l’Océanie et l’Amazonie restent méconnus des européens.
  3. Un navire européen peut rapporter d’Asie des épices, de la Soie, du thé, des cotonnades et de la porcelaine.
  4. Un navire qui entreprend le « commerce triangulaire » transporte des armes, des étoffes et de l’alcool, d’Europe jusqu’en Afrique de l’ouest, puis des esclaves, de l’Afrique vers les Antilles et le Brésil, enfin du sucre, du coton et du café, des colonies d’Amérique jusqu’en Europe.
  5. L’intérieur de l’Afrique, l’ouest et le Nord de l’Amérique du Nord, l’Océanie et l’Amazonie restent méconnus des européens.

 

  • Au début du XVIIIe siècle, une paix relative règne en Europe. Les rivalités entre les États s’expriment par la conquête de territoires sur les autres continents. Le Royaume-Uni et le Royaume de France sont deux puissances maritimes et coloniales rivales. À partir de 1763 (fin de la guerre de sept ans), l’Angleterre agrandit son empire et elle devient la première puissance mondiale.

 

B / Bordeaux, un grand port de la façade maritime.

 

  1. Le nombre de tonneaux a été multiplié par 3 entre 1775 et 1787, ce qui témoigne de l’importance de l’activité commerciale de Bordeaux.
  2. La prospérité de Bordeaux repose sur le commerce du vin. Bordeaux commerce principalement avec les Antilles françaises. Elle importe du sucre, du café, du coton et de l’huile. Le port de Bordeaux commercialise aussi des verroteries, des draps, du blé et de la quincaillerie. Elle importe du sucre, du café, du coton, du tabac, du rhum … La ville de Bordeaux s’enrichit également avec la traite négrière.
  3. Les activités commerciales du port sont évoquées par de nombreux bateaux et barques, ainsi que par beaucoup de marchandises sur le quai (barriques de vin).
  4. Les nouvelles façades et l’aménagement des quais, l’Hôtel des douanes évoquent l’enrichissement du port de Bordeaux. Les bourgeois de Bordeaux se font construire de beaux hôtels particuliers, ils achètent des maisons en ville et des domaines à la campagne, comme la famille Bonnaffé.

 

Je rédige. Bordeaux est un port situé sur la Garonne, face à l’océan atlantique. Au XVIIIe siècle, Bordeaux s’enrichit grâce au développement du commerce colonial. Ses marchands font surtout des affaires avec les colonies d’Amérique, vendant du vin, des produits manufacturés, et des esclaves et en rapportent des produits tropicaux.

Grâce à ce commerce, la ville se transforme, s’embellit. Les marchands se font construire de riches demeures de style néoclassique.

B / L’organisation de la traite atlantique et de l’esclavage au XVIIIe siècle.

 

Les Européens ne sont pas les premiers à se livrer à la traite des Noirs. C’est au VIIe siècle de notre ère, avec la conquête arabe, que la traite des Noirs a véritablement été inventée. En outre, dès le Moyen Âge, un commerce d’esclaves interne à l’Afrique noire a également existé. À partir du XVe siècle que les Européens se livrent à ce commerce car leurs plantations, en Amérique, exigent beaucoup de main d’œuvre. C’est entre 1650 et 1750 que ce commerce connaît un essor important. 6 132 000 Noirs ont fait l’objet de ce trafic au 18e siècle.

 

Vocabulaire :

  • Esclavage: fait de priver un homme de sa liberté et de l’exploiter par la force.
  • Traite négrière : commerce organisé des esclaves noirs.
  • Traite atlantique: commerce des esclaves noirs pratiqué par les Européens entre l’Afrique et l’Amérique.
  • Commerce triangulaire: commerce des esclaves et des produits coloniaux entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique.
  • Économie de plantation: système agricole composé de grandes exploitations utilisant des esclaves.
  • Marronnage : fuite d’esclaves pour échapper aux conditions très difficiles de la plantation.
  • Abolition: suppression par la loi de l’esclavage.

 

Tâche complexe. Collecte d’informations d’après le corpus de documents.

 

Ma véridique histoire, d’Olaudah Equiano (1745 – 1797). Olaudah Equiano est un Africain né sur les bords du fleuve Niger. Il a été déporté en Amérique par des négriers espagnols en 1756. Il était âgé de 11 ans lorsqu’il fut capturé avec sa sœur par les membres d’une tribu rivale et vendu comme esclave. En 1789, il publie son autobiographie dans laquelle il raconte sa capture en Afrique et sa vie d’esclave en Amérique.

 

  1. La capture et le trajet des esclaves.

 

  1. Olaudah Equiano a été capturé avec sa sœur dans son village sur les bords du fleuve Niger par les membres d’une tribu rivale alors qu’il avait 11 ans. Ce sont des négriers espagnols qui l’ont transporté vers l’Amérique.
  2. Les esclaves sont transportés dans des conditions horribles : ils sont entassés et enchaînés, ils étouffent à cause de la chaleur, ils vivent dans le bruit, la puanteur, la saleté, les cris sont l’expression de l’angoisse de la séparation et de l’inconnu, certains se suicident.
  3. Les esclaves voyagent dans l’entrepont du navire.
  4. Les négriers entassent les esclaves pour tirer un profit maximum.

 

  1. Les conditions de vie et de travail des esclaves.

 

  1. Le document annonce une vente d’esclaves à Charleston en Amérique.
  2. La vente se compose de 94 esclaves noirs (39 hommes, 15 garçons, 24 femmes, 16 filles).
  3. Les négriers ventent la bonne santé des esclaves.
  4. Les esclaves dans le Code noir de 1685 sont comparés à des meubles.
  5. Le document représente une plantation où l’on cultive de la canne à sucre.
  6.  
  7. Les trois catégories d’esclaves travaillant dans une plantation sont les domestiques, les ouvriers et les ouvriers agricoles. Les ouvriers agricoles ont les conditions de vie et de travail les plus difficiles parce qu’ils effectuent le travail le plus pénible. Equiano travaille d’abord au désherbage puis comme domestique. 
  8. La fuite des esclaves s’appelle le marronnage. Les sanctions contre les esclaves sont le plus souvent le fouet, des objets de torture comme la muselière de tête.

 

 

  1. Un début de contestation.

 

  1. En 1789, la traite n’est pas encore interdite et l’esclavage est défendu par les planteurs. Le témoignage d’Equiano est destiné à dénoncer les conditions inhumaines de l’esclavage, notamment auprès des lettrés européens qui ne sont jamais allés dans les colonies.
  2. Les produits vendus par les Européens en Afrique sont les armes, le tabac, des bijoux, textiles… Les navires négriers rapportent en Europe du coton, du sucre, du café, du tabac.

 

  • Biographie d’un esclave (texte à rédiger par les groupes sur le modèle de celui d’Equiano)

 

  • Les traites négrières entre la fin du XVe siècle et le XIXe siècle

 

Bilan Bourgeoisie, commerce, traite et esclavage au XVIIIe siècle.

Depuis le XVIe siècle, les puissances maritimes européennes développent leurs échanges avec l’Asie et leurs colonies d’Amérique. Au XVIIIe siècle, le commerce international connaît un essor important. Les navires européens échangent des produits manufacturés contre des produits tropicaux, des soieries, de la porcelaine, revendus dans toute l’Europe. Le commerce triangulaire, qui comprend la vente d’esclaves noirs-africains, enrichit fortement les ports de la façade Atlantique comme Bristol, Nantes ou Bordeaux. Une nouvelle bourgeoisie marchande apparaît.

Au XVIIIe siècle, la traite atlantique organisée par les européens connaît un grand développement dans le cadre du commerce triangulaire. Elle fournit à l’économie de plantation des colonies Américaines, une main d’œuvre abondante pour les durs travaux des champs. D’autres esclaves sont employés, dans les plantations, comme domestiques ou artisans. Ils sont souvent mal logés et mal nourris et subissent de fréquents châtiments corporels. Les affranchissements sont rares. L’espérance de vie est faible et le marronnage important.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, se développe un discours abolitionniste comme celui de Condorcet.

Print Friendly, PDF & Email